La photogrammétrie

Mise en œuvre pour la première fois en 1849, la photogrammétrie a connu un nouvel essor avec l’explosion de l’informatique dans les années 90. Le principe est de prendre plusieurs photos d’un même objet avec de différents angles, et en utilisant les propriétés mathématiques de la parallaxe, de reconstruire une image en relief dudit objet.

Utilisée pour la première fois dans le but de connaitre les reliefs d’un terrain (dans un contexte militaire), on peut maintenant se servir de cette technologie dans des domaines variés : le jeu vidéo, la géologie, ou même la préservation du patrimoine. Et c’est bien le patrimoine scientifique qu’un membre du FabLab Marseille a numérisé par ce procédé : Alexandre Guglielmi a pris 120 images de la machine de Watt avec un simple téléphone portable, et a ainsi reconstruit complètement en 3D ce moteur à vapeur. Le résultat est saisissant de réalisme, et ouvre de nombreuses perspectives. Chacun pourra modéliser des objets en relief, sans même avoir besoin de s’équiper de matériels aussi onéreux que des scanners 3D : un appareil photo suffit !